Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudanti.
Follow Me
Sorry, no posts matched your criteria.

Search
TOP
Accueil - Les Musicales de Normandie
8763
home,page-template,page-template-full-width,page-template-full-width-php,page,page-id-8763,eltd-core-1.1,awake-ver-1.0,eltd-smooth-scroll,eltd-smooth-page-transitions,eltd-mimic-ajax,eltd-grid-1200,eltd-blog-installed,eltd-oswald-style,eltd-fade-push-text-top,eltd-header-standard,eltd-sticky-header-on-scroll-down-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-menu-item-first-level-bg-color,eltd-dropdown-slide-from-left,eltd-,eltd-fullscreen-search eltd-search-fade,eltd-side-menu-slide-from-right,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
| Tarif plein: 15€ | Tarif réduit & abonné: 12€ | Entrée gratuite pour les moins de 18 ans
PROCHAINS CONCERTS EN BORD DE SEINE !
JOURNAL ROMANTIQUE

Carole DAUPHIN, alto
Eriko MINAMI, piano
Flannan OBÉ, récitant

Hommage à Juliette Drouet & Victor Hugo
BERLIOZ / CHOPIN / LISZT / FAURÉ

Mercredi 22 août – 20h30
Rives-en-Seine – Église de Villequier

Ce qui reste légendaire de la correspondance de Victor Hugo et Juliette Drouet, ce sont les 18000 lettres que la femme de l’ombre aura écrites au génial écrivain. Cinquante années de correspondance dans laquelle elle décrit son amour incommensurable pour Hugo, mais également la jalousie intolérable de son amant et tous les sentiments contradictoires de la passion qui la dévore : « Si grand que vous soyez, j’ai de l’amour par-dessus votre tête ». Les grands compositeurs contemporains de Victor Hugo dont Berlioz, qui louait le génie de l’écrivain, mais également Saint-Saëns, qui écrivit des mélodies sur les poèmes de Hugo ou encore Chopin et Liszt qui fréquentaient les salons littéraires, se font l’écho romantique et fulgurant de ces lettres.

VIVALDI, Les quatre saisons

Les Musiciens de Saint-Julien
François LAZAREVITCH, direction

Jeudi 23 août – 20h30
Rouen – Chapelle Corneille

Inspirés par l’adaptation pour musette de Nicolas Chédeville des Quatre Saisons, François Lazarevitch et Les Musiciens de Saint-Julien insufflent à six concertos de Vivaldi aux programmes naturalistes une énergie réjouissante et en ravivent les couleurs. L’originalité et l’alternance spectaculaire des instruments solistes – tous joués par François Lazarevitch – entraînent la première métamorphose de ces Quatre Saisons atypiques : au Printemps revient la musette, requise par la version fantaisiste et néanmoins exigeante imaginée par Chédeville en 1739, tandis qu’aux trois autres concertos, adaptés d’après les originaux pour cordes, sont dévolues flûtes à bec et traversière. Ces variations de timbres, leur vélocité et leur inventivité défient toutes les subtilités de la nature contrastée pensée par Vivaldi.

TELEMANN, fantaisies

François LAZAREVITCH, flûtes

Vendredi 24 août – 20h30
Saint-Martin du Vivier – Église

Les 12 Fantaisies pour flûte seule de Georg Philipp Telemann (1681-1767) sont un pilier du répertoire baroque pour flûte seule. Une musique pétillante et inventive, entre improvisation, contrepoint et airs de danse. François Lazarevitch, virtuose de la flûte et artiste associé aux Musicales de Normandie a reçu toutes les plus grandes récompenses pour son enregistrement de ces fantaisies chez Alpha.

« Acteur fervent de la réunion des goûts allemand, italien, français et polonais, Telemann couvre tous les genres, les styles nationaux et les styles d’écriture de son temps. » François Lazarevitch

FAURÉ, Requiem

Les Siècles
Ensemble Aedes
Mathieu Romano, direction

POULENC, Litanies à la Vierge noire
POULENC, Quatre prières de Saint-François d’Assise
Debussy, Trois chansons de Charles d’Orléans
POULENC, Messe en Sol

Dimanche 26 août – 17h00
Rouen – Chapelle Corneille

Nous sommes très heureux de retrouver Mathieu Romano et l’un des plus beaux chœurs français avec un orchestre de renommée internationale, habitué du festival et fondé par François-Xavier Roth : Les Siècles.

Les deux phalanges nous offrent ici un aperçu de la période charnière entre les derniers feux du romantisme tardif et l’émergence du style « moderne », avec plusieurs œuvres majeures de Poulenc et l’extraordinaire Requiem de Fauré. Il sera donné ici dans sa version originale de 1893, sur les instruments d’époque.

Un programme profondément lumineux, apaisé et humaniste !

ACTUALITÉS :